Lieu. Ladakh, Inde
Association partenaire. Solidaile

Solidaile est une association française avec qui Solida’rire a déjà réalisé de nombreux projets, en Afrique, en Amérique Latine, et en Asie. L’association soutient et accompagne des projets de développement portés par les acteurs locaux, dans différents domaines (éducation, santé, énergie, artisanat…).

Tout comme Solida’rire, les actions de Soldiaile recherchent avant tout la pérennité des projets afin de permettre aux structures locales de prendre en charge de façon autonome et durable leur propre développement.

Association NiyamDu Dro

Jean-François Chanteux, fondateur de Nyamdu Dro se rend depuis une dizaine d’années dans le Ladakh, une région de l’état du Cachemire en Inde. Il a sillonné ainsi de nombreux villages lors de ses treks et a décidé en 2006 de fonder avec des amis l’association NiyamDu Dro (Marchons Ensemble en tibétain) afin de venir en aide aux populations de la vallée himalayenne.

Cette association agit en coopération directe avec des Ladakhi qui ont reçu une double éducation (au Ladakh et en Europe) et ont décidé de tout mettre en œuvre pour leur région : permettre à celle-ci de s’adapter à l’ouverture sur le monde (récemment imposée par le gouvernement Indien) pour que cette ouverture soit maitrisée et non subie.

L’association participe ainsi à des projets de purification d’eau, d’électrification mais elle agit également pour la préservation du patrimoine (monastères, œuvres d’art, etc…).

Génèse du projet

Lors du projet Zanskar 2016, les volontaires ont traversé différents villages dans la région du Ladakh. Ils ont participé à l’électrification de certains d’entre eux dans la vallée du Zanskar (câblage pour la pose de panneaux solaires), et au dimensionnement d’installations futures dans un village de réfugiés tibétains à Puga Sumdho. Cette étape de dimensionnement consistait à prendre des mesures et à faire des plans en vue de la pose de panneaux solaires dans certains bâtiments publics du village.

Missions

Les volontaires participent à l’électrification du village de Puga Sumdo pendant une vingtaine de jours. L’électrification en la construction d’une centrale électrique de 3kW. L’électricité est assurée par des panneaux solaires et servira principalement à alimenter les bâtiments communs tels que l’école, les dortoirs, ainsi que le monastère.

Les différents intérêts de l’apport d’électricité dans le village sont de :

Favoriser l’accès à l’éducation – L’éducation est un facteur de développement très important dans cette région : elle permet aux enfants d’apprendre à lire et écrire en anglais (une des langues officielles du pays), en urdu (langue du Cachemire) et en tibétain. Elle leur permet ainsi de mieux s’armer face au monde de demain.

Respecter les traditions culturelles, et les faire vivre –  La religion est au cœur de la culture tibétaine. De grandes réunions se font pendant l’hiver dans les monastères qui sont des endroits essentiels pour les Zanskaris.

Favoriser l’émancipation des femmes – De manière générale, ces lieux de rencontres permettront également aux femmes de se réunir pour la création d’ateliers, ou tout simplement pour échanger entre elles pendant l’hiver. La culture au Zanskar donne presque la même place à l’homme qu’à la femme. Cependant, les hommes font souvent des voyages entre villages pour subvenir aux besoins de leur propre village. Ainsi les femmes se retrouvent souvent seules.

Maintenir une activité industrielle dans la région – Malgré le caractère reculé du Zanskar, cette région aride aux conditions de vie difficiles tend à se dépeupler et par là même occasion, perdre sa culture. Créer, rénover des ateliers et apporter des machines électriques pour les tâches les plus répétitives serait ainsi un réel moyen de maintenir l’activité industrielle de la région.

RETOUR